Accueil /
Editorial
TIBOR DENGYEL (1913-2000)
TIBOR DENGYEL
Kolozsvar (ex-Hongrie) 1913 – Bruxelles 2000

De sa Hongrie natale (qui se nommait alors encore Autriche-Hongrie), il retient d'abord la tradition artistique d'une famille qui compte quelques peintres, amateurs certes, mais dont la lignée ne sera pas sans conséquence sur la vocation précoce de Tibor Dengyel, né en 1913 à Kolozsvar, aujourd'hui Cluj. A l'âge de dix-sept ans, fort de sa passion pour le dessin et la peinture, il entre à l'Académie de cette ville. En 1935, appelé à servir dans l'armée roumaine, il s'enfuit et se réfugie à Budapest où il poursuit ses études à l'Académie des Beaux-Arts et à l'Université qui le familiarisera avec les grands courants de l'histoire de l'art. Il devient le plus jeune professeur de l'Académie de Budapest et obtient une bourse de l'état hongrois. Entre la Turquie et la Belgique, il choisit notre pays où il arrive en 1948. Il s'établit à Bruxelles et y poursuit une carrière qui a très tôt attiré l'attention du public et de la critique par la richesse de sa personnalité et par la multiplicité de son inspiration.

Sa connaissance approfondie de l'histoire de l'art et sa maîtrise technique l'ont tout naturellement orienté vers la restauration d'œuvres anciennes. Travail exigeant qui confronte celui qui le pratique à des procédés complexes et au respect de la personnalité de ses prédécesseurs.Travail qui donne au restaurateur la mesure de ses potentialités et ouvre au créateur des horizons presque infinis. On lui connaît ainsi une copie d'une nature morte de Chardin dont le maître lui-même aurait reconnu la fidélité sans renier toutefois la personnalité de son auteur. Car Dengyel était avant tout un artiste avide de créer, de transmuter ces innombrables fragments de la réalité en autant d'étincelles de beauté. En cela, il a largement dépassé le cadre de la restauration pour se consacrer à une œuvre toute personnelle.

De cette œuvre aux accents profondément humains, il émane un enthousiasme qu'on prend rarement en défaut. Tibor Dengyel y apparaît comme un artiste curieux, passionné et qu'aucun sujet ne rebute. Il observe le monde qui l'entoure avec acuité mais surtout avec un regard qui rappelle celui d'un enfant que tout émerveille, que tout émeut et qui voit en toute chose un sujet digne d'intérêt. Cette joie de peindre, l'artiste ne pouvait que la partager. Et à son parcours de créateur se superpose une vocation de pédagogue qui l'amènera à diriger un cours privé à Woluwé-Saint-Pierre.

Portraits, paysages, vues de villes, types populaires et figures du folklore, nus, bouquets, évocations fantastiques et scènes truculentes de kermesse ou de carnaval composent l'univers de Tibor Dengyel. Un univers qui se décline dans une gamme élargie et que transfigure une lumière dont il était un maître incontesté. Qu'il s'agisse du miroitement de l'eau sous un beau soleil italien, de la transparence un peu dorée d'une neige du Nord ou de la pureté d'un bleu d'azur moucheté de nuages, l'artiste a saisi toutes les nuances de chaque moment du jour et l'ambiance particulière de chaque paysage. L'eau y tient un rôle essentiel et lui permet d'exploiter les variations presque infinies des reflets, de la mobilité des flots depuis l'opacité jusqu'à la transparence. Cet élément liquide qui enveloppe parfois le sujet d'une brume légère, d'un scintillement qui dilue le sujet, confère aux compositions de Dengyel une atmosphère presque irréelle, fondant les couleurs en des masses mouvantes dont il émane un certain mystère. Par leur point de vue particulier, par le foisonnement des détails et ce traitement particulier de la couleur, quelques paysages rappellent les maîtres du dix-septième siècle. Alors que d'autres se situent dans une veine plus luministe ou affirment clairement leurs emprunts à l'impressionnisme. L'essentiel pour Tibor Dengyel n'est pas de dresser un portrait fidèle du lieu, mais d'en souligner les éléments qui font sa beauté et sa particularité. La preuve en est que nombre de paysages sont nés dans l'intimité de l'atelier, et parfois de nombreuses années après la visite de l'artiste.

La nature morte constitue pour lui en une sorte d'exercice où il peut donner toute la mesure de sa virtuosité. Pièces d'orfèvrerie, bouquets chatoyants, fruits, objets du quotidien figés pour l'éternité s'imposent dans leur respect de la tradition des maîtres anciens et constituent une précieuse réserve d'éléments qui se retrouveront dans des compositions plus personnelles. De même, Tibor Dengyel pratique l'art du portrait dans une veine classique, mais avec beaucoup de profondeur psychologique. Beaucoup de ses portraits sont des commandes, mais on ne le surprend jamais à flatter le modèle. Au-delà de l'apparence, de la physionomie proprement dite, c'est bien plus l'intériorité qui l'attire. Il s'est ainsi attaché à rendre l'intensité du regard qui plonge au cœur même du modèle. Au fil des années, son attachement à ce genre ne s'est jamais démenti. Il a ainsi réalisé une cinquantaine de portraits au Pays-Bas. Dans notre pays, on lui doit notamment un portrait de S.M. le roi Baudouin ainsi que le portrait du Premier Ministre A. Van Acker, deux œuvres qui ont largement contribué à asseoir sa réputation dans ce domaine.

L'atelier est aussi pour Tibor Dengyel le sanctuaire de l'imagination. C'est là qu'il crée, recrée, assemble, confronte les différents éléments qui se bousculent dans son esprit. Dans le monde qui l'entoure, il puise sans retenue, avec la joie de l'artisan qui caresse un matériau noble et docile. Il sait toute la diversité des types humains dont il donne un bel éventail, avec une prédilection marquée pour les marginaux et les artistes de rue. Ces personnages attachants, fragiles, parfois à la dérive témoignent d'une sensibilité aiguë Et même s'ils ont un côté caricatural, c'est sans moquerie aucune. L'humour y côtoie la vérité avec un sens de la métaphore qui rappelle que Tibor Dengyel a aussi tâté du dessin de presse. Ces personnages sont des symboles à leur manière, rassemblant en un seul les joies et les angoisses d'une multitude.

Dans le registre de la multitude, il faut encore évoquer les scènes de kermesse ou de carnaval ou de fête villageoise -on ne sait comment les qualifier- qui sont autant de feux d'artifice dans l'œuvre de Tibor Dengyel. Compositions foisonnantes, truculentes, entraînées par un rythme endiablé. Compositions imaginaires aussi, tout droit sorties de la fantaisie de l'artiste, entre farandoles et banquets bruegheliens, nourries de folklore et de souvenirs lointains, de légendes et de personnages fantastiques. Car ici, le couple d'amoureux enlacé côtoie la sorcière au nez crochu et les danseurs évoluent sous le regard de masques tour à tour implacables et débonnaires, dans une ambiance un peu folle, irréelle qui voit d'un bon œil l'incursion du fantastique. Le fantastique, Dengyel l'apprivoise à l'instar de nos meilleurs artistes, avec un mélange de curiosité, de respect et de fascination. Il l'accommode à sa manière, peut-être plus lyrique, mais avec une vitalité égale.

Multiple, surprenante, dense et vivante, telle est l'œuvre de Tibor Dengyel. Familier de l'œuvre des grands maîtres, il fait partie de ces artistes qui ont su concilier le respect de la tradition avec les exigences d'une œuvre originale. Une œuvre qui réussit le mariage de l'imaginaire et du réel, du passé et du présent, de la joie et de la vérité.


Didier Paternoster
2007
Licencié en Histoire de l’Art (ULB)
Collaborateur au Conseil Bruxellois de Musées
Collaborateur Artistique au Magazine l’Evénement









- Liste des précédents éditoriaux

Exposition - rétrospective Jacano
Artistes de Belarus
La K Gallery devient
Salon dété

De Bie entre dans le collections des Musées du Vatican
HOMMAGE A EUGENE DE BIE
Borys Buryak (Ukraine) chez Level 13 Europe
Eugène D Bie (1914-1983) - Armand Jamar (1870-1946) - Oeuvrs bretonnes
OUVERTURE D'UNE GALERIE VIRTUELLE AU NOM D'ART PROMOTION SA
VILLA MAINTENON
COLLABORATION AVEC LA "GALLERY PICTURA AETERNA"
MEILLEURS VOEUX
2013- 100e ANNIVERSAIRE DE LA NAISSANCE DE PEINTRE HONGROIS TIBOR DENGYEL
2014 - PORTRAIT DU ROI BAUDOUIN
LE DESSIN DANS L'OEUVRE D'EUGENE DE BIE (1914-1983)
© 2005 - ART PROMOTION SA - by Optigroup SPRL